Alix Bénézech, comédienne et ancienne aidante familiale

Alix Bénézech, comédienne et ancienne aidante familiale

« Sans aide, sans réel soutien, c’est un cataclysme »

« J’ai perdu mon père il y a 4 ans. Il avait la maladie de Charcot. J’ai assisté impuissante à sa descente aux enfers. Ma mère s’est occupée de lui de manière exemplaire, ça a été très difficile pour elle, psychologiquement et physiquement.

Elle a connu tous les ennuis pour adapter la maison afin que mon père malade puisse y entrer, en sortir, y vivre tout simplement. Bien-sûr, il y a des aides financières de la part de l’Etat, mais ça prend tellement de temps. Le plus souvent le malade décède avant que les aides n’arrivent.

Ce qui est très dur pour le malade c’est qu’il reste conscient jusqu’au bout de son état. C’est une véritable prison. Et nous, toute la famille, nous nous sentions démunis. C’est toute une famille qui tombe malade. C’est quelque chose qu’on n’évoque pas souvent. Sans aide, sans réel soutien, notamment psychologique, c’est un cataclysme. Et le malade a besoin d’être entouré d’une famille solide et qui tient avec lui et pour lui.

Alors, oui, donner la parole à ceux qui soutiennent leurs proches est vraiment important. Participer à l’opération Objectif Indépendance, c’est une façon pour moi de rendre hommage à mon père, à son courage face à la maladie et à celui de ma mère, de mon oncle, de toute la famille et des amis qui l’ont accompagné jusqu’à la fin. »

 

Propos recueillis par Adhap Services auprès de Alix BENEZECH, marraine de l’opération Objectif InDépendance.