PROJET DE VIE : UN CHEMIN DE SAINT-JACQUES SOLIDAIRE !

Photo-Marina-Jean-Pierre-Annie-1024x768 Projet de vie : un chemin de Saint-Jacques Solidaire !
De gauche à droite : Marina, Annie, Jean-Pierre et Mme Starosse, Directrice du centre Adhap de Vitrolles.

Quand on regarde la définition d’auxiliaire, on peut lire « aide », « allié », « complémentaire »… et c’est bien le sens de ce beau métier. Il donne sa pleine dimension dans tous les projets de vie qu’Adhap Services met en place avec ses bénéficiaires chaque fois que cela s’avère possible.

Cet été, c’est Marina, auxiliaire de vie du centre Adhap Services de Vitrolles (Bouches-du-Rhône) qui a permis à Jean-Pierre et à sa femme de réaliser l’un de leurs plus beaux projets : faire le pèlerinage jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Marina intervient chez Jean-Pierre et sa femme depuis près d’un an. Les premiers temps ont été plutôt délicats. Jean-Pierre ne vas pas très bien. Il a une sclérose en plaques et se voit diminué, lui qui était très actif. L’idée même de se faire aider lui est insupportable.

Sa femme non plus n’est pas très en forme. Marina essaye de trouver sa place, avec délicatesse. Elle sent les réticences. La femme de Jean-Pierre a du mal à concevoir qu’une autre femme s’occupe de son mari.

 

Peu à peu la complicité s’installe

Un jour Jean-Pierre raconte le projet qu’il avait il y a quelques années : faire le pèlerinage jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle si sa femme guérissait de son cancer du sein… Une fois sa femme remise sur pied, Jean-Pierre décide d’honorer sa promesse et tous deux commencent à s’entraîner pour aller sur les pas de Saint-Jacques. « Tentes, vêtements, lampes frontales… nous avions tout ce qu’il fallait pour partir. Nous étions fin prêts, entraînés même aiguisés. »

 

Oser malgré tout !

Malheureusement en 2009, on diagnostique chez Jean-Pierre une sclérose en plaques. Le projet est abandonné. Ils n’y croient plus… jusqu’à l’arrivée de Marina dans leur vie. « Jean-Pierre m’a parlé plusieurs fois de ce pèlerinage à Saint-Jacques. J’ai senti combien ce projet leur tenait à cœur et avait de l’importance pour lui. Je me suis dit qu’il ne fallait pas en rester là. Je l’ai mis au défi de faire ce qu’il a toujours voulu faire, même si au départ ce serait de façon virtuelle. Jean-Pierre n’a pas accroché immédiatement. Cet homme super actif, stoppé dans son élan, ne voyait pas comment se projeter dans un projet virtuel. Mais je n’ai pas lâché ! J’ai continué de lui en parler et j’ai fini par le persuader ! ».

 

Une démarche pleine de sens

« Ceux qui marchent vers Saint-Jacques ne savent pas toujours pourquoi ou pour qui ils marchent… En créant une page sur Facebook Donne tes kilomètres à Jean-Pierre, et en expliquant le projet, ceux qui ont eu connaissance de sa situation se sont mis à marcher pour lui et à lui donner leurs kilomètres. De Marseille à Saint-Jacques il y a 1453 km à offrir ! » explique Marina.

« L’idée était aussi de permettre à Jean-Pierre et à Annie de faire une partie du chemin de Saint-Jacques en voiture et en fauteuil. Pour que cela soit possible, il fallait récolter un peu d’argent, d’où l’appel au don. Au fil du temps, on s’est rendu compte qu’un voyage en voiture serait trop fatiguant pour Jean-pierre. Du coup, nous partirons en avion. Je dis nous car Jean-Pierre et Annie tiennent absolument à ce que je vienne avec eux (quand Jean-Pierre parle de moi, il dit « ma nounou »). Nous serons sur place au moment fort de la fête de Saint-Jacques (le 25 juillet) et Jean-Pierre a décidé de faire le dernier kilomètre en déambulateur. Un superbe défi ! »

 

Portés par le projet !

« Les premiers temps où j’intervenais auprès de Jean-Pierre, il parlait beaucoup de sa maladie et était d’une humeur maussade. Aujourd’hui, ce projet le porte lui et sa femme. Ils regardent leur page Facebook chaque jour et entrent en contact avec des dizaines de personnes heureuses de marcher pour eux. Il y a toute une communauté d’entraide autour de Jean-Pierre et Annie et cela les encourage énormément. Ce projet les a remis en route. Je suis heureuse pour eux et avec eux ! ».